Lettre ouverte à Bruno Retailleau, sur quelques cas de non-mixité

, par Sébastien Fontenelle

Monsieur le sénateur.

Vous déployez dans votre activité parlementaire une constante énergie : ce matin encore, vous avez nerveusement suggéré que des poursuites pour « provocation à la haine raciale » soient engagées contre un syndicat étudiant, l’UNEF, après que sa présidente avait, selon la presse et les médias (où l’on excelle dans l’art de présenter de telles banalités comme des aveux), « reconnu l’organisation de réunions non-mixtes ».

Votre vigilance est admirable, mais la tâche est, vous l’avez sans doute constaté, immense.

Car les « racialistes » (comme disent vos amis du Figaro lorsqu’ils ne sont pas occupés à mettre en page la chronique hebdomadaire de leur collaborateur plusieurs fois condamné pour provocation à la discrimination et à la haine raciale ou religieuse) sont partout.

Je me permets donc de vous signaler, ci-après, quelques autres cas de non-mixité flagrants - contre lesquels vous aurez inévitablement à cœur de requérir les mêmes sanctions que vous demandez pour l’UNEF.

Vous verrez que cela vous sera sans doute assez facile : j’ai pris soin de ne sélectionner que des situations impliquant des protagonistes avec lesquel·les vous êtes en relation plus ou moins étroite.

Ici, par exemple, le délit que vous imputez à l’UNEF me semble être clairement constitué : vos amis du Figaro organisent publiquement - et sans même s’en cacher, donc - une réunion de « grandes plumes » dont ils indiquent assez nettement qu’elle est, de fait, exclusivement réservée aux hommes blancs - de sorte qu’il vous sera peut-être possible de demander qu’ils ne soient pas seulement poursuivis pour provocation à la haine raciale, mais aussi pour discrimination par le genre.

Ici, c’est le Sénat, où vous passez beaucoup de votre temps, qui organise, au vu et au su de tou·tes, pour la réélection de son président blanc, un happening où n’ont manifestement été appelé·es, dans les premiers rangs, que des Blanc·hes : je suppose - et espère - qu’il vous sera relativement aisé de retrouver les racialistes qui ont procédé à ce tri scandaleux.

Puis enfin, je voulais vous rappeler que vous avez-vous-même participé à cette rencontre, qui semble avoir été elle aussi réservée aux hommes blancs, et dont les organisateurs ont évidemment dû vous piéger en vous faisant miroiter qu’elle serait beaucoup plus mixte qu’elle ne l’était en réalité, sans quoi vous ne vous y seriez bien sûr pas commis - la bonne nouvelle étant que vous n’aurez aucune peine à les identifier lorsque vous rédigerez votre plainte pour provocation, etc.

Merci encore pour votre belle et importante mobilisation.

Bien à vous.